Le quartier des Habous, la nouvelle médina de Casablanca

Laviedevoyage.fr : Guide de voyage ! » Maroc » Le quartier des Habous, la nouvelle médina de Casablanca

Casablanca est la plus grande ville du Maroc. Elle compte un bon nombre de quartiers, dont celui des Habous. En plus de représenter la nouvelle médina, celui-ci est une adresse incontournable pour contempler les traces de l’architecture des années 1920, mais surtout pour découvrir l’artisanat marocain sous son vrai jour. Focus sur un quartier d’exception qui ne ressemble à aucun autre.

Le quartier des Habous, la localisation

Le quartier des Habous à Casablanca est l’une des plus importantes cités antiques du pays. Situé au Sud-Est de la ville, il est délimité par l’avenue 2 Mars à l’Ouest, le boulevard Mohamed VI à l’Est et le boulevard Omar El Idrissi au Nord. Le quartier s’étale sur une superficie de quatre hectares, dominée par les deux mosquées Al-Mohammadi et Moulay Youssef, mais surtout par le Palais Royal et le tribunal du Pacha.
L’entrée du quartier est marquée par une spacieuse place entourée de boutiques et de Riads. En avançant à travers les ruelles du quartier, vous serez, sans doute, fascinés par leur décoration et la diversité des activités qui y sont exercées.
De la kissaria au souk des olives, en passant par le souk aux cuivres, le souk des tapis et l’immense place Moulay Youssef entourée de boutiques spécialisées dans les tenues traditionnelles, vous jouissez d’un voyage des sens et de l’esprit dans un monde riche en couleurs, en saveurs, en odeurs, en traditions et en cultures.

Le quartier des Habous, une Histoire et une construction

Construit lors du protectorat français, exactement entre 1918 et 1955, le quartier des Habous fut érigé dans le but d’accueillir les villageois qui ont migré vers la ville. D’ailleurs, à l’époque, Casablanca fut choisie comme étant le nouveau visage moderne du pays, tout en étant en plein essor vers une industrialisation avantageuse.
Les campagnards qui sont venus travailler dans le port et dans les nouvelles usines étaient sans-abris et passaient leurs nuits en plein air. Remarqués par les colons, ils ont été considérés comme une vraie menace à leur sécurité. De ce sentiment d’angoisse et d’inquiétude et dans le souci d’éviter toute tension entre les musulmans et les chrétiens, est né le besoin de construire une cité traditionnelle, éloignée des quartiers européens.
Lyautey, le résident général du protectorat au Maroc, a décidé finalement de bâtir la résidence sur un terrain cédé charitablement par Haïm Bendahan, un juif qui possédait des terrains en abondance.

Les Habous, entre la modernité et le traditionnel

Le quartier a pris son nom de l’organisation religieuse qui supervise l’attribution des logements de la médina transmis par héritage, puis aux familles les plus pauvres de la ville.
L’architecture du quartier des Habous a été conçue par l’architecte français Albert Laprade, ce dernier a respecté le style architectural traditionnel tout en introduisant les règles de l’urbanisme moderne. Par ses rues étroites, ses petites places, ses maisons tournées vers l’intérieur et ouvertes sur le « patio », ses décorations traditionnelles et surtout par les histoires humaines vécues dans le quartier, ce dernier a présenté et présente toujours une grande valeur patrimoniale et un riche héritage culturel et social.

Le quartier des Habous, entre hier et aujourd’hui

Tout de suite après la fin des travaux, le quartier commence à attirer les commerçants et les négociants aisés des différentes villes, notamment la ville de Fès. Ainsi, le quartier a connu, pendant des dizaines d’années, une cohabitation entre la classe bourgeoise et les pauvres ouvriers.
Suite au déménagement des habitants, les maisons ont été transformées en ateliers d’artisanat ou en entrepôts. L’exploitation excessive de cette ressource patrimoniale a conduit à sa dégradation et à l’atténuation d’une bonne partie de son charme et de sa valeur.
Le quartier des Habous est la destination incontournable pour la découverte de toute la culture, l’authenticité et les traditions marocaines en une seule balade. Pour les plus gourmands, des grillades sont aussi au rendez-vous, des boissons typiquement marocaines et d’irrésistibles délices sont à déguster dans l’ambiance sereine du quartier.