Le pont et le Château Saint-Ange : Visitez ce grand édifice de Rome !

Laviedevoyage.fr : Guide de voyage » Italie » Rome » Le pont et le Château Saint-Ange : Visitez ce grand édifice de Rome !

Rome est considérée comme l’une des plus belles villes du monde. Son charme tient autant de son histoire, que des vestiges de celle-ci qu’on peut admirer pratiquement partout dans la capitale italienne. On connaît l’Italie non seulement pour les grands peintres qui virent le jour sur ses terres, mais aussi et surtout à cause de l’architecture de ses bâtiments, alliant technicité et beauté. Le Pont Saint-Ange de Rome, ainsi que le Château Saint-Ange auquel il est relié, font sans l’ombre d’un doute partie de ces monuments magnifiques emblématiques de la capitale italienne.

Le premier édifice menant au second, le Pont de Saint Ange et le Château du même nom sont des symboles de l’architecture, mais aussi de l’histoire romaine et italienne. Entre changement de noms, de propriétaires, guerres, destruction et restauration ces deux édifices sont des lieux incontournables pour s’imprégner de l’histoire de la capitale italienne. Dans cet article, vous retrouverez un véritable guide sur ces monuments qui font de la région romaine, l'une des meilleures destinations touristiques au monde.

Le Pont Saint-Ange à Rome

L’histoire du Pont Saint-Ange

Le Pont Saint-Ange (Ponte Sant ’Angelo en italien) est un passage piéton qui date du deuxième siècle. Au premier siècle de notre ère, vers l’an 134, l’empereur Hadrien bâtit le Pons Ælius sur le Tibre, reliant ainsi son mausolée (l’actuel Château Saint-Ange) aux rives de la ville de Rome. L’empereur veut un accès privilégié à son mausolée richement décoré. Le Pons Ælius devint, après la construction de la Basilique Saint-Pierre, le chemin par excellence conduisant à celle-ci. Le Pont Saint-Ange fut construit sur les fondations même du Pons Ælius. Il tient son nom d’une légende mettant en scène l’apparition d’un ange au-dessus du mausolée. Cette histoire, qui a deux versions, se passe pendant le pontificat de Grégoire le Grand, soit vers l’an 590.

Dans la première version, Rome est débarrassée mystérieusement de la peste après que le Pape Grégoire n’ait ordonné qu’une image de la Vierge Marie ne soit portée en procession pendant la fête de Pâques. Un ange serait alors apparu aux yeux de tous, remettant son épée dans son fourreau.

La seconde version est assez semblable à la précédente. Dans celle-ci Grégoire serait en pleine lecture d’une litanie lorsque l’archange Saint-Michel serait apparu, remettant son épée dans son fourreau, faisant ainsi disparaitre la peste.

Qu’il s’agisse de la première ou de la deuxième version, chacune de ces histoires fait état d’une apparition angélique, d’où le nom que prit l’ancien Pons Ælius durant cette période marquée par l’influence du christianisme : le Pont Saint-Ange.

Aujourd’hui, le Pont Saint-Ange demeure la route principale menant à la basilique Saint-Pierre et est devenu un lieu de pèlerinage.

Architecture du Pont Saint-Anges : les statues d’anges

Le Pont Saint-Ange est doté de trois arches centrales qu’il tient de l’ancien Pons Ælius, tandis que les arches extrêmes datent de la fin du XIXe siècle. Si on sait que le Pont Saint-Ange tient son nom des légendes d’apparitions angéliques, les statues d’anges qui le décorent justifient encore plus ce nom.

En 1534 le Pape Clément VII, de retour d’exil, fait installer deux statues à l’entrée du pont : à gauche Saint Pierre, statue de Lorenzetto, et Saint Paul à droite, de Paolo Taccone. Devenu un lieu représentatif de la chrétienté, Clément IX entame la rénovation du pont en 1667 et confie ce travail à Le Bernin. S’inspirant du pont Rouge de Paris (actuel pont Saint-Louis), Le Bernin crée une balustrade ouverte, détruit les constructions aux extrémités du pont Saint-Ange pour élargir la vue vers la basilique, et surtout, l’orne de dix statues d’ange.

Créés à l’origine pour la Via Dolorossa, les dix anges de Le Bernin sont issus de ses dessins, mais ils ont été réalisés par d’autres sculpteurs, chacun symbolisant un moment de la passion du Christ.

  • L’ange de la Colonne, réalisé par Antonio Raggi.
  • L’ange au fouet, réalisé par Lazzaro Morelli.
  • L’ange à la couronne d’épines. Celui-ci est une copie de Paolo Naldini, l’original ayant été réalisé par le Bernin lui-même et étant gardé dans l’église de San’ Andrea delle Fratte.
  • L’ange portant le suaire, réalisé par Cosimo Fancelli.
  • L’ange portant un vêtement et des dés, réalisé par Paolo Naldini.
  • L’ange portant des clous, réalisé par Girolamo Lucenti.
  • L’ange à la croix, réalisé par Ercole Ferrata.
  • L’ange portant le titulus INRI réalisé par Giulio Cartari à partir d’un original de Le Bernin lui-même et de son fils Paolo.
  • L’ange à l’éponge de vinaigre, réalisé par Antonio Giorgetti.
  • L’ange à la lance, réalisé par Domenico Guidi.

Le Château Saint-Ange

Histoire du Château Saint-Ange de Rome

Le Château Saint Ange (Castel Sant Angelo) est un emblématique édifice romain, bâti pour servir de mausolée à l’empereur Hadrien. Les cendres de ce dernier y sont d’ailleurs entreposées. Il est situé à proximité du Vatican, sur la rive gauche du Tibre et fut construit en 135, sa construction définitivement achevée en 139 par Antonin le Pieux.

L’histoire du château Saint Ange est longue, ayant offert à l’édifice l’occasion de jouer de nombreux rôles différents. Servant à l’origine de mausolée, nombre d’empereurs s’y feront ensevelir, et Caracella sera le dernier d’entre eux. En 403 le château est intégré à la muraille aurélienne et en 537, les soldats utilisent ses statues de bronze comme armes contre les ostrogoths venus envahir Rome.

Le château tient son nom d’une légende évoquant l’apparition d’un archange au-dessus du mausolée, apparition qui mit un terme à la peste. Pour commémorer cet évènement qui eut lieu d’après les archives en 590, la statue de l’archange Saint-Michel trône au sommet de la bâtisse statue qui fut souvent remplacée au fil du temps.

À cause de sa proximité avec le Vatican, le château Saint Ange est, au début de l’ère chrétienne, envahi de fidèles. Transformé ensuite en prison, en lieu d’exécution puis en forteresse, le château Saint Ange a servi de refuge et de demeure à plusieurs papes au cours de son histoire. Il demeurera une prison tout au long de son histoire trouble, notamment une prison pour les ennemis de la papauté, jusqu’au XIXe siècle. Un couloir secret, appelé « Passetto di Borgo » le relie au Vatican. Galilée fait partie de ses prisonniers les plus célèbres.

Le Château Saint Ange : Musée

Le Château Saint Ange est un édifice lourd doté d’une base carrée de 89 m de côté et de 15 m de hauteur, créé en 123 par l’architecte Demetriano. Au-dessus de cette structure, se trouve un bâtiment cylindrique plus petit, et au-dessus de celui-ci encore un autre. Les différentes couches du château Saint Ange sont comme des strates, représentatives chacune des diverses époques que traversa la bâtisse. Il a l’aspect d’un château du Moyen-Âge, massif et cylindrique, établi sur 5 niveaux. Devenu un musée depuis 1925, on peut y découvrir une abondante collection de peintures, mais aussi de sculptures et de vestiges des différentes époques qu’il a su traverser notamment en visitant ses divers niveaux.

Une visite du château Saint Ange permet de découvrir le mausolée, mais aussi l’atrium. Le château Saint Ange dispose d’un certain nombre de salles, de pièces et d’appartements richement décorés, ayant été occupés au fil du temps par des personnes d’importance. Des artistes tels qu’Antonio da Sangallo le Jeune, ou encore Lorenzo Lotto y ont créé de magnifiques fresques, par exemple :

  • la salle d’Appolon
  • la Loggia de Jules II
  • les appartements de Paul III Farnèse.

Pour accéder au château, il faut passer par une rampe, dont on peut admirer les décorations antiques. On peut aussi découvrir sur les remparts du château les dernières scènes de la Tosca, placées par Giacomo Puccini. Une visite du château permet de se plonger dans la grande époque des guerres en découvrant ses canons et ses meurtrières. D’immenses collections d’armes en tout genre sont encore conservées dans le château, dans un assez bon état. Soulignons par ailleurs que le château offre une vue imprenable sur la ville de Rome.

Découvrir le Pont et le Château Saint Ange :

Les hôtels proches du pont et du château Saint Ange

À proximité de ces deux monuments historiques, on trouve facilement où se loger. Cette localisation facilitant énormément la visite des deux monuments. Voici donc quelques noms d’hôtels proches :

  • Casa De Fiori Apartments : prix de la nuitée à partir de 90 euros
  • La Residenzia Dell’Angelo : prix de la nuitée à partir de 85 euros
  • Relais Palazzo Taverna : prix de la nuitée à partir de 71,33 euros
  • La Maison Dell'Orologio : prix de la nuitée à partir de 67,91 euros.

Visiter le Château Saint Ange

En tant que touriste, on ne peut faire un tour en Italie, plus encore à Rome, sans visiter le château Saint Ange. Voici donc quelques informations utiles pour vous.

  • Le Château Saint Ange est accessible depuis la station de Métro Ottavanio – San Pietro ou Lepanto, ou encore en empruntant les bus des lignes 23, 34, 40…
  • Horaires : Le château est ouvert de mardi à dimanche, de 9h à 19 h 30. Il n’ouvre ni le lundi, ni le 25 décembre, ni le 1er janvier.
  • Tarifs : la visite est gratuite pour les moins de 18 ans, réduite à 7,00 euros pour les 18 à 25 ans de l’Union Européenne et est de 14,00 euros en tarif plein (prix pouvant varier durant les expositions).

Alors, si vous n'avez pas encore visité ces historiques monuments romains, ce n'est pas encore tard. Profitez des prochaines vacances estivales pour vous offrir un séjour touristique à Rome et ainsi vous rendre dans ces lieux ! Vous n'allez pas oublier cette expérience.