Piazza del Popolo à Rome : une Place Monumentale à Visiter

Laviedevoyage.fr : Guide de voyage » Italie » Rome » Piazza del Popolo à Rome : une Place Monumentale à Visiter

Ce n’est pas un hasard si l’Italie compte parmi les destinations touristiques les plus prisées dans le monde. Le soleil et la gastronomie y sont certes pour beaucoup, mais les sites touristiques qu’elle offre font aussi la joie des voyageurs. Au nombre de ces sites, se trouvent les places comme la Piazza del Popolo. Elle s’ouvre largement dans une très grande ellipse entre le gracieux Pincio et les berges du Tevere. C’est de nos jours, l’une des nombreuses places visitées sur toute l’étendue du globe. La Piazza del Popolo a beaucoup de style avec ses nombreux monuments, ses fontaines, ses églises, etc. À la découverte de cette magnifique place de Rome.

Présentation de la Piazza del Popolo

Il s’agit d’une importante et majestueuse place piétonne ayant une place de choix dans l’histoire de Rome. Elle est bâtie dans le genre néo-classique du dix-neuvième siècle.

Il y a plusieurs siècles de cela (au Moyen Âge), la Piazza del Trullo était le nom que portait la Piazza del Popolo. Cette dénomination était tirée de la fontaine conique qui se tenait au milieu de la place. Elle évoquait une habitation propre au sud de l'Italie.

En italien, le nom porté actuellement par la Piazza del Popolo veut littéralement dire la "place du peuple". Historiquement parlant, cette dénomination est dérivée du peuplier (en latin, populus, en italien, pioppo) qui signifie aussi peuple (personnes). C’est donc une appellation adéquate, compte tenu du fait que de nombreux évènements publics comme des jeux et des foires se tenaient sur cette place. La Piazza del Popolo était également connue pour accueillir de dramatiques exécutions. La dernière exécution a eu lieu en 1826.

Pour accéder à la place, il faut passer par la porte nord du mur d’Aurélien à l'intérieur duquel elle se trouve. C’est par là que commençait la via Flaminia. Cette importante route romaine menait à Rimini (anciennement Ariminum) et vers toute l'Italie septentrionale. Toute personne en provenance du nord de l’Italie et se rendant à Rome devait passer par ce point avant l’arrivée des chemins de fer.

Histoire de la Piazza del Popolo

L’architecte Giuseppe Valadier est celui à qui la Piazza del Popolo doit, de 1811 à 1822, sa conception et son style. Pour cela, des bâtiments de moindre importance ont été détruits. De même, construite en 1572, la modeste fontaine de Giacomo della Porta fut démontée. À l’origine, la place avait une forme de trapèze, était moins large, et centrée sur la via Flaminia. Afin de la remplacer, les murs ont été disposés en deux demi-cercles. Cette disposition n’est pas sans rappeler la place Saint-Pierre du Vatican du plan du Bernin.

Les arbres sont insérés comme éléments fondamentaux par Valadier dans sa piazza del Popolo. Dans le but de remédier au souci de dénivellation entre la colline et la place, une montée conduit au Pincio et à ses jardins. La place apparaît alors comme un espace conçu dans une troisième dimension.

La venue de la reine suédoise Christina fut un évènement marquant qui a nécessité des travaux sur la Piazza del Popolo. Cela se passait en 1655. La reine vient alors à Rome dans l’objectif d’une conversion au catholicisme romain et pour abdiquer. Elle arrive donc du Nord par la Porta del Popolo qui est somme toute, ce qu’elle voit en premier de la ville.

Ainsi, en vue de cette royale visite, la restauration de la façade intérieure de la vieille porte a été confiée à Bernini. En haut de l'arche, une plaque a alors été posée. Il y était inscrit « POUR UNE ENTRÉE HEUREUSE ET PROPICE » (FELICI FAUSTOQUE INGRESSUI MDCLV). La reine suédoise Christina s’y sentit si bien qu’elle resta à Rome pour ne plus la quitter.

Que voir sur la Piazza del Popolo ?

Comme tous les sites touristiques, la Piazza del Popolo a de nombreux attraits qu’il ne faut absolument pas manquer. Ce sont :

  • les fontaines,
  • la Porta del Popolo,
  • les voies et les églises qui entourent la place,
  • l’obélisque, et
  • la caserne Giacomo Acqua.

Chacun de ces sites a des particularités qui le rendent exceptionnel.

Les fontaines

La construction de l’aqueduc de l'Aqua Virgo a été initiée par Agrippa en l'an 19 avant Jésus-Christ, et a pris fin dans les années 1820. C’est grâce à cet ouvrage que l’alimentation en eau des fontaines de la piazza del Popolo se fait. De grandes fêtes d'eaux se tiennent à ces fontaines depuis la Renaissance. Le déficit d’eau fait partie des raisons pour lesquelles les fontaines prévues sur la plateforme supérieure du Pincio par l’architecte n'ont jamais vu le jour.

Accompagnées de statues néoclassiques des Saisons et placées à l'ouest et à l'est de la place, se trouvent les fontaines de Giovanni Ceccarini. Elles sont dotées de compositions accordées à une figure centrale que flanquent deux figurines.

Sur le côté ouest, se dresse la fontaine de Neptune (Fontana del Nettuno). Elle met en scène le dieu tenant son trident et ayant deux dauphins à ses côtés. Marquant la fin de l’aqueduc, une fontaine représente la déesse Roma portant un casque et armée d'une lance. Elle est devancée par la Louve du Capitole allaitant les fondateurs de la ville (Rémus et Romulus d’après la mythologie).

Un lion monté sur des marches est représenté par chacune des quatre petites fontaines qui entourent le socle de l'obélisque. Elles se situent au milieu de la Piazza del Popolo, et forment la fontana dell' Obelisco.

La Porta del Popolo

C’est l’une des merveilles touristiques à regarder de plus près sur cette place. Il s’agit de la porte de la ville située au nord de la place. Au fil des siècles, cette porte a porté un certain nombre de noms. Connue de nos jours sous l’appellation de Porta del Popolo, elle était au départ dénommée Porta Flaminia. Ce nom lui avait été donné par celui qui a ordonné sa construction : l’empereur Aurélien.

La porte a ensuite revêtu le nom de Porta San Valentino au début du Moyen Âge. Cette dénomination était inspirée de la catacombe installée non loin de là. Pour finir, l'église Santa Maria del Popolo adjacente à la porte lui a donné son nom. C’est ainsi que l'appellation Porta del Popolo a été retenue.

La via Flaminia commence au-delà de cette porte où se situe également le piazzale Flaminio.

Les voies et les églises

Quand on regarde vers le sud, on se rend compte que trois rues quittent la Piazza del Popolo et mènent à la ville. Toutes trois forment le Tridente (le trident). Il s’agit de :

  • la via di Ripetta à droite, ouverte sous la dénomination de via Leonina en 1518 par le pape Léon X.
  • la via del Babuino à gauche, ouverte sous l’appellation de via Paolina en 1525.
  • la via del Corso au centre.

La vieille via Flaminia était reliée au Forum et au Capitole par la rue centrale, l’ex via Lata. Cette rue porte aujourd’hui le nom de via del Corso. Le sépulcre d'Auguste est joint par la via di Ripetta qui conduit aussi au Tibre. Dénommés port de Ripetta, les quais baroques de ce dernier étaient visibles jusqu'à la fin du XIXe siècle où ils furent détruits. La rue du Babouin (via del Babuino) mène à la Place d'Espagne (piazza di Spagna). C’est d’une grotesque sculpture de Silène communément baptisée « Babouin » que cette rue tient sa désignation.

Parachevées par Carlo Fontana et le Bernin, les églises jumelles ont été entamées par Carlo Rainaldi. Santa Maria in Montesanto (1679) et Santa Maria dei Miracoli (1681) délimitent les jonctions des rues citées ci-dessus.

On pourrait au premier coup d’œil croire que ces églises jumelles sont semblables en tous points, mais un examen plus poussé vous prouvera que non. Elles ont été conçues dans le plus grand respect du style baroque, et présentent des détails qui font leurs différences et leurs spécificités. Elles demeurent toutefois symétriquement équilibrées.

Les visites de l’église Santa Maria del Popolo se font du lundi au vendredi entre 7 heures et 12 heures 30, puis de 16 heures à 19 heures. Le samedi, elles ont lieu de 7 heures 30 à 21 heures, et le dimanche, de 7 heures 30 à 13 heures 30, puis de 16 heures 30 à 19 heures.

L'obélisque

Même s’il fut dressé après par Ramsès II, c’est au pharaon Séthi Ier que l’on doit cet obélisque égyptien d'Héliopolis. Il est positionné en plein cœur de la Piazza del Popolo. En effet, c’est sous le règne de Séti Ier que trois des côtés du monument furent sculptés. Le règne de Ramsès II a vu le quatrième côté achevé.

Cet obélisque est appelé obélisque del Popolo ou encore obélisque Flaminio. Avec ses 36 mètres de haut (socle compris), il compte parmi les plus imposants obélisques de Rome. C’est sous l’injonction de l'empereur Auguste en 10 avant J.-C., que l'obélisque a été déplacé à Rome. Il servait au départ à décorer la spina du Circus Maximus.

Il a été installé à l’emplacement qu'on lui connaît aujourd’hui en 1589 par l'architecte Domenico Fontana. C’était pour se conformer au plan urbain décidé par le pape Sixte V.

En 1818, des fontaines symbolisant des lions de style égyptien ont été additionnées à la base du monument. Pour leur faire de la place, la fontaine centrale qu’abritait avant la Piazza del Popolo a été déménagée à la piazza Nicosia.

La caserne Giacomo Acqua

Il s’agit d’un poste de gendarmerie qui fut ajouté en 1823 en face de l’église Santa Maria del Popolo. La caserne Giacomo Acqua est coiffée d’un petit dôme qui est l’exacte réplique de celui de la vieille église. L’objectif d’une telle disposition est de parvenir à maintenir la symétrie de la Piazza del Popolo.

Pour finir, tout autour de cette place, se trouvent des restaurants et des bars. Ils n’ont rien d’historique comparés à de nombreux lieux de la ville. Cependant, ils font bel et bien partie de la vie de la Piazza del Popolo. Pourquoi ne pas alors y faire un tour pour goûter à l’accueil chaleureux de Rome et à sa délicieuse cuisine ?