La basilique Saint-Pierre de Rome Vatican : Croisez le 1er Pape !

Laviedevoyage.fr : Guide de voyage » Italie » Rome » La basilique Saint-Pierre de Rome Vatican : Croisez le 1er Pape !

Située au Vatican dans l’ouest de la ville de Rome (sur la rive droite du Tibre), la basilique de Saint-Pierre est le plus important édifice religieux du catholicisme. C’est sur les lieux où elle est construite sous les ordres de Constantin que se rendaient les premiers pèlerins pour vouer un culte à Saint-Pierre sur la place du cirque de Caligula et de Niron.

Deuxième basilique majeure de Rome, après Saint-Jean-de-Latran et avant Sainte-Marie-Majeure et Saint-Paul-hors-les-Murs, elle est le siège universel de l’Église catholique. Elle est aussi considérée comme la plus grande conception architecturale de son temps. Elle a une capacité de plus de 60 000 personnes et est la plus grande Église catholique au monde. À ce titre, elle est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO et reste l’un des monuments les plus visités au monde.

Vous êtes en vacances et vous souhaitez visiter Rome. Alors vous ne devez pas manquer de faire un tour du côté de cet édifice. Nous vous proposons d’ailleurs de découvrir à travers cet article un pan de l’histoire et la belle architecture de ce symbole catholique avec tout ce qu’il représente.

Histoire et origines de la basilique de Saint-Pierre

L’actuelle basilique date de la renaissance et du baroque. Elle est une œuvre issue de la refonte de la basilique originelle érigée sous la volonté de l’empereur Constantin à partir de 319 à l’emplacement du tombeau de l’apôtre Pierre, lieu où on commémorait la mort du martyr. Sous la propriété d’Agrippine l’Aînée, le site était au début de l’Empire romain et avant la naissance du Christ occupé par quelques villas construites autour de jardins impériaux. C’est également sur ce site que fut construit le Circus Vaticanus ou Cirque de Caligula ou de Néron dont l’un des seuls vestiges est l’actuel Obélisque du Vatican. C’est d’ailleurs dans l’enceinte même du cirque, entre les deux bornes où on place le martyre de l’apôtre Pierre qui selon des ouvrages apocryphes fut crucifié vers 65, la tête en bas par humilité. La tombe de l’apôtre serait située au sein d’une nécropole au nord du cirque de Caligula avec comme signe une pierre rouge.

C’est à la suite de la démolition du cirque et des sépultures païennes de la nécropole et sous les ordres de Constantin que fut construite la basilique au-dessus de la tombe de Saint-Pierre. Elle sera consacrée le 18 novembre 326 par le Pape Sylvestre. Elle était un des plus grands lieux de pèlerinage au Moyen Âge. L’autel de la « Confession de Saint-Pierre » était le cœur de la basilique avec une ouverture, la fenestella confessionis, qui permettait aux pèlerins de voir les reliques de l’apôtre.

La profanation de la basilique en 846 par les Sarrasins, les incursions musulmanes et le pillage des Normands en 1084 mirent en ruine l’édifice. Sa reconstruction sera entreprise par le premier Avignonnais Nicolas V. Le projet exposé par Bernessdo Rosselino n’aboutit malheureusement pas en raison du décès du pontife. Il va reprendre sous le règne de Pie II. C’est ainsi que commencera une grande entreprise de rénovation à laquelle prendront part de nombreux artistes et architectes qui se succèdent environ 120 ans. Elle se poursuivra jusqu’au Pape Innocent X.

L’architecture du monument

La basilique de Saint-Pierre s’étend sur une surface de 23 000 mètres carrés avec un bâtiment de 218 mètres de longueur et 136 mètres de hauteur jusqu’à son dôme. La grandeur de sa façade ainsi que la qualité du travail en font un travail architectural d’une haute importance. Le plan de Saint-Pierre est représenté par une croix latine à trois nefs. 39 niches, chacune contenant une statue de Saint, ont été creusées dans les piliers de la nef centrale. Des paroles en grec ancien et en latin qui selon les catholiques fondent le pouvoir pontifical sont inscrites sur la voûte : « Tu es pierre et sur cette pierre je bâtirai mon église et les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre elle. Je te donnerai les clés du Royaume des cieux ».

La façade de la basilique est construite en travertin et est l’œuvre de Carlo Maderno. Elle est composée d’un fronton central qui émerge d’un attique surmonté de statues du Christ, de Jean-Baptiste et de onze des apôtres. La basilique est aussi réputée pour ses cloches placées dans une fenêtre au-dessus de l’horloge qui se situe à l’extrême sud de la façade. Au nombre de six, elles ont pour noms :

  • Il Campanone (bourdon) ;
  • Il Campanoncino ;
  • Campana della Rota ;
  • Campana della Predica ;
  • Campane Ave Maria ;
  • et Campanella (benjamine).

Les six cloches servent de sonnerie à l’horloge. Ce n’est qu’occasionnellement et lors des grandes fêtes religieuses (en particulier la fête de Saint-Pierre) que le plénum des 6 cloches est sonné. Leur son est également le signe de l’issue positive du conclave.

Le long portique ou narthex au style romain ou byzantin s’étend derrière la façade de Saint-Pierre avec une voûte décorée de stucs et de dorures au sol de marbre reflétant la lumière du jour. Chaque extrémité est formée par des espaces théâtraux encadrés de colonnes ioniques dévoilant les figures de Constantin au nord par Le Bernin, et de Charlemagne par Cornacchini au sud.

Cinq portails dont 3 encadrés de colonnes mènent à la basilique. Le portail central du nom de Porte de filature est une pièce de l’ancienne basilique. Son baldaquin du Bernin est surmonté par le maître-autel qui est une pièce en bronze donné par la plus grande structure de bronze au monde. Les niches des piliers centraux sont d’immenses niches comprenant des balcons et des escaliers furent construits. Au-dessus des balcons furent créés avec les huit colonnes torsadées, des espaces pour exposer les 4 plus précieuses reliques de la basilique : la lance de longinus (qui a percé le flanc du Christ), Le voile de Véronique (à l’image miraculeuse du visage du Christ), un fragment de la vraie croix à Jérusalem (il fut découvert par la mère de Constantin, Hélène) et une relique de Saint-André, frère de Saint-Pierre.

La place de Saint-Pierre est un des lieux les plus magnifiques du monument. Réalisée entre 1656 et 1667, elle est destinée à rassembler les fidèles vers le centre de la chrétienté. Elle comporte deux fontaines monumentales aménagées par Caro Maderno avec 50 statues conçues par Le Bernin.

Les architectes les plus importants de la basilique Saint-Pierre sont Bramante, Michel-Ange, Maderno et Le Bernin.

Ses précieux joyaux

Un nombre important de trésors artistiques sont logés dans la basilique.

  • Ses tombeaux

Plus d’une centaine de tombes sont contenues dans les grottes vaticanes situées dans la basilique. Il s’agit des tombes de 148 Papes, mais également celles de personnages célèbres tels qu’Iniace d’Antioche Otton II du Saint-Empire, de Jacques François Stuart, de sa femme Maria Clementina Sobinka et de ses deux fils Charles Édouard Stuart et Henri Benoît Stuart. On y retrouve également la tombe de la reine Christine qui par abdication s’est convertie au catholicisme. La tombe la plus récente est celle du Pape Jean-Paul II, réalisée le 8 avril 2005.

  • Ses œuvres d’art

Deux horloges attribuées à Gioseppe Valadier sont implantées au sommet des deux extrémités de la façade. On ne pourrait citer les trésors de la basilique sans mentionner la Navicella, un ensemble de mosaïque situé au-dessus de la porte centrale extérieure. Inspirée d’un dessin de Giotto, elle dévoile un navire qui représente l’Église chrétienne.

On compte également les statues équestres qui s’élèvent à chaque extrémité du narthex, l’un représentant l’empereur Constantin au nord et l’autre Charlemagne au sud. On y retrouve aussi les sculptures d’Agostino Cornacchini et de Francesco Moderati représentant deux bénitiers portés par des chérubins mesurant chacun 2 mètres de haut et commandés par le Pape Benoît XIII.

Les statues de Sainte-Hélène tenant la vraie croix et les clous saints, de Sainte-Véronique tenant son voile imprimé de la Sainte Face d’Andréa Bulgi-Saint Longue le Centurion tenant la sainte lance qui transperça le flanc du Christ et de Saint-André tenant la croix de Saint-André sont nichées dans les quatre piliers qui fondent le dôme.

On peut également citer le monument funéraire du Pape Alexandre VII par Gian Lorenzo Bernini, la statue de Saint-Pierre en bronze avec les clés du paradis, la Pieta de Michel-Ange, les médaillons représentants les 38 premiers Papes, Le baldaquin du maître-autel, ainsi que le tombeau d’Innocent VII.

Un important lieu de prière à visiter

La basilique de Saint-Pierre est le centre universel du monde catholique. Elle est la résidence du Pape et le siège de l’Église catholique. La basilique de Saint-Pierre est l’église du Pape et de l’État pontifical bien qu’elle ne soit pas la cathédrale du diocèse de Rome. La basilique est également l’une des deux églises paroissiales de la cité du Vatican (l’église Sainte-Anne-des-Palefreniers est la seconde). Elle est donc un important lieu de pèlerinage. D’où l’importance pour chaque fervent catholique de visiter ce haut lieu de culte.

La basilique rassemble sur sa place chaque dimanche, lors de l’angélus pontifical, un minimum de 150 000 pèlerins catholiques. En plus, ce sera une opportunité de visiter les lieux en parcourant ses grandes allées tout en admirant la grandeur du bâtiment. Découvrez également toutes les merveilles qui sont jalousement conservées au sein de la basilique, avec la possibilité offerte à présent de visiter les tombes des papes situées dans les grottes du Vatican.

L’entrée est gratuite et vous pouvez opter à votre convenance pour une visite guidée groupée, une visite avec un audioguide ou encore une visite guidée privée